Co-front. Présentation

Programme Institut Convergences migrations (AAP 2022-2025)

Co-construction des savoirs aux frontières (Co-Front)

 Objectifs et problématique

 Partant des attentes des associations co-front (Co-construction des savoirs aux frontières) se propose d’analyser et de renforcer les liens recherche-société et les articulations entre acteurs de la recherche / acteurs de la solidarité (solidaires, militants, artistes, journalistes, chercheurs) en lien avec les acteurs exilés. A la fois recherche-action et recherche-formation, son objectif est de créer un laboratoire expérimental de pratiques développant les préconisations des journées réflexives : Espaces et territoires partagés (Briançonnais 14-16 mai 2021) et Fabrique d’agirs (Calais, prévues les 26-29 mai 2022) – depuis lors, une nouvelle fabrique d’agirs s’est tenue à Calais en avril 2024.  Deux Tiers-Lieux nouveaux fournissent les supports de ce projet : à Briançon, les Terrasses apprenantes et son projet de « campus d’altitude » hébergé au sein des Terrasses solidaires ouvertes le 25 août 2021 pour abriter l’association Refuges solidaires, puis des activités sociales, médicales, économiques, culturelles et écologiques dans un esprit de partage des communs ; à Calais, la nouvelle Maison d’entraide et de ressources (MER), inaugurée le 26 mars 2022, gérée par le Secours Catholique, ouverte à toutes les associations et venant en appui aux exilés. Ces deux espaces s’inscrivent déjà dans un réseau régional d’appui élargi (associations, collectifs artistiques et institutions de recherche – Universités Lille, Grenoble Alpes, Ethnopole de Valence, DU…).

La problématique centrale de ce projet porte sur les modalités de renforcement des collaborations entre acteurs de la recherche, de la solidarité et des mondes de l’art engagé. Elle prend acte de la multiplication de travaux et programmes de recherche collaboratifs[1], de réflexions méthodologiques croissantes sur les recherches participatives avec exilés et acteurs de la solidarité. CO-FRONT s’appuie également sur une expérience de formation en interne des acteurs de la solidarité réaffirmant un double besoin : réflexif, en termes de renforcement des compétences ; inclusif, par le développement d’actions en faveur de publics différenciés (migrants, classes de collège et de lycée, habitants…). A la frontière franco-italienne à Briançon, plusieurs associations se partagent les champs d’action (plaidoyers pour Tous Migrants, accueil pour les Refuges solidaires, etc.). A la frontière franco-britannique, et notamment à Calais, cette spécialisation existe également : le Secours Catholique, Médecins du Monde, l‘Auberge des migrants, Utopia 56, …) mais associations et sensibilités se retrouvent au sein de la Plateforme des soutiens aux migrant.e.s (PSM).

Acteurs de la solidarité et de la recherche soulignent ici, de façon renforcée, leur volonté commune i) de réfléchir aux modalités de recherche et de formation collaboratives, ii) de renforcer par des co-productions de savoirs les liens recherche et formation, iii) de préciser le cadre méthodologique et éthique de recherche-action en terrains sensibles, iv) d’élaborer des modes de valorisation des savoirs pour des usages multiples.

 Axes principaux du projet

 Méthodologies de recherche collaborative entre acteurs 

Continuer la lecture de Co-front. Présentation

Mémoires de la frontière – appel à financement participatif

Co-front  – et plusieurs de ses membres – soutiennent le et participent au projet collaboratif “Mémoires de la frontière” franco-britannique, et donc à cet appel à financement  participatif, en ligne, dont l’objectif est de co-financer un poste dédié.

lien en ligne : https://www.cotizup.com/pourmemoires

Texte de l’appel : Le projet « Mémoire de la frontière franco-britannique » est porté depuis deux ans de manière bénévole par des chercheur.euse.s et des acteur.ice.s associatifs. Il souhaite recomposer une mémoire aujourd’hui éparpillée, fragmentaire, parfois même absente, alors que depuis plus de 30 ans des personnes originaires principalement du Moyen-Orient, d’Asie et de la Corne de l’Afrique et du Soudan ainsi que leurs soutiens, luttent pour faire valoir leurs droits à cette frontière. Ce travail veut être à destination des associations, des personnes exilées, des habitant.e.s et habitants témoins et parfois actrices et acteurs de cette situation depuis des décennies, ainsi que de toute personne intéressée par cette réalité. L’objectif est de leur donner la possibilité de connaître l’histoire des luttes des personnes exilées et des différent.e.s personnes solidaires : afin que cette histoire vienne nourrir l’ensemble des actes de solidarité, les stratégies de plaidoyer, les combats des personnes concernées et qu’elle permette un autre récit de ce qui se vit à la frontière franco-britannique depuis 30 ans.

Afin de mener à bien ce projet, la Plateforme de Soutien aux Migrants et Migrantes , la PSM, travaille à la création d’un poste salarié chargé de coordonner le projet “Mémoires de la frontière”. Poste qui s’ancrerait à la Maison d’Entraide et de Ressources (MER) de Calais. Ce lieu, ouvert par le Secours Catholique il y a un peu plus de deux ans, est en transition vers un portage inter-associatif. Il est situé dans le centre de Calais et accueille aujourd’hui différentes associations, collectifs et militant.e.s mobilisé.e.s auprès des personnes exilées ainsi que les initiatives multiples des personnes à qui nombre de lieux demeurent fermés. S’y organisent différentes activités destinées aux personnes exilées envisageant ou ayant décidé de s’installer en France. Y sont également organisées des actions de prise de recul, de formation et de partage d’expériences à destination des personnes solidaires. Une vraie cohérence existe donc entre le projet “Mémoires de la frontière” et la MER en termes d’éducation populaire et d’histoire collective qui ne soit pas seulement écrite depuis les auteur.ice.s et autorités d’une histoire Nationale.

Radio Fréquence Monde. Avignon 3-13 juillet 2024

Premier billet des programmes et réseaux alliés de Co-front/ ICM. Celui-ci implique une membre de Co-front / ICM et de Non-lieux de l’exil, programme associé, Emilie Da Lage.

Radio Fréquence Monde ouvre des dialogues sur l’exil entre recherche, musique et poésie au Festival OFF d’Avignon.
Le spectacle est suivi d’un bord plateau pour échanger sur la crise de l’accueil, les politiques d’inhospitalités et les résistances qui s’organisent à la frontière franco-britannique.
🗓️Du 3 au 13 juillet (relâche 09/07)
⏳1h15 (45 min + bord plateau)
À partir de 12ans
Crédit image bandeau et billet @Leslie Fernandez

Garder trace des luttes à Calais. Maël Galisson & Mathilde Pette, Plein Droit juin 2023

Article extrait du Plein droit n° 137, juin 2023
« Mourir d’être étranger »

Garder trace des luttes à Calais

Maël Galisson et Mathilde Pette

Membre du Gisti ; sociologue, Université de Perpignan Via Domitia, ART-Dev, fellow de l’Institut Convergences Migrations

 “Calais, de quoi se souvient-on après plus de trente années de fermeture de la frontière franco-britannique ? Face à la politique de « table rase » des autorités soucieuses d’invisibiliser la présence des personnes exilées, la reconstitution d’une histoire militante et politique de cet espace frontalier s’impose peu à peu comme un mode d’action militante à part entière. La lutte s’engage aussi sur le terrain mémoriel pour produire un récit collectif solidaire, alternatif à la représentation sécuritaire de ce territoire.”

Lire la suite sur le site de Plein Droit, revue du GISTI, ici, en accès libre.

 

 

Territoires et savoirs partagés. Capsules vidéos

Les réalisatrices Marianne Chaud et Isabelle Mahenc engagées, pour l’association Un thé dans la neige,  partenaire des journées, ont réalisé des captations vidéos des débats des journées réflexives Territoires et Savoirs partagés dans le briançonnais (14-16 mai 2021). Elles ont également mis en place un dispositif, “Les mots”, dans lequel acteurs de la solidarité et de la recherche réagissent face caméra à un mot tiré au hasard parmi d’autres dans une boite.

Si tous les débats n’ont pas été mis en ligne dans un premier temps, et alors que les réflexions reprennent ou se poursuivent dans le cadre de Co-front, en lien avec les fabriques d’agirs calaisiennes, sur les modes et les formes de diffusion et de partage (réunion du 17 juin 2024 à Calais), les conférences et deux tables-rondes sont disponibles sur vimeo, de même que la série des Mots.

Sont notamment disponibles les capsules vidéos suivantes  sur la chaine vimeo dédiée : https://vimeo.com/channels/territoiressavoirs

1 – Conférence d’ouverture : Mesurer débattre Agir / François Héran (Chaire Migrations et Sociétés – Collège de France, Institut Convergences Migrations)  

2 – Introduction :Luc Marchello et Alexandra Galitzine-Loumpet

3- Projets collaboratifs : Langues dans les espaces de la migration (ANR LIMINAL) : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Alexandra Galitzine-Loumpet et Clémence Roux-Lafay
Médiatrices : Evangeline Masson-Diez et Laure Stadelmann

3 – Table ronde : Tourisme et migrations médiateurs  : Prosper Wanner et Luc Marchello, avec Michel Rousseau, Sarah Bachellerie, Stéphanie Besson, Jean-Gabriel Ravary, Laure Stadelmann, Emily Mugel, Boubacar Balde, Ariane Junca

4 – Conférence de clôture : Frontière et cosmopolitique dans le “monde d’après” / Michel Agier (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Institut Convergences Migrations, Institut de Recherche pour le Développement)

Les mots (23 participants, solidaires, médecins, chercheur·ses) = un ou plusieurs mots piochés dans une boite. 

Continuer la lecture de Territoires et savoirs partagés. Capsules vidéos

Les fabriques d’agirs : forums de partage des savoirs

Les Fabriques d’agirs sont nées de la volonté d’échanger, de partager, de co-produire en commun entre acteurs de la solidarité, acteurs de la recherche et acteurs exilés. Le principe en est en simple, articulé autour de thématiques issues de chaque territoire de frontière.

La toute première “fabrique”, dont l’intitulé fut Territoires et savoirs partagés, s’est tenue à Briançon du 14 au 21 mai 2001, sous l’impulsion d’A. Galitzine-Loumpet et L. Marchello. Réunissant à parité acteurs de la solidarité et de la recherche, de nombreux laboratoires et institutions académiques et associations, elle proposait des débats mouvants, interrogeait les pratiques et partages de la recherche, les projets collaboratifs et de recherche action en cours. Programme ici.

Le principe fut proposé à Calais, à l’accueil de jour du Secours Catholique – Caritas France. La réussite des premières journées, l’enthousiasme de la co-construction de la version calaisienne sont à l’origine du programme de recherche CO-FRONT. Le comité de pilotage leur donna alors le nom de Fabrique d’agirs. 

La première fabrique d’agirs, intitulée Fabrique d’agir : Accueillir, soutenir, militer, penser, résister a regroupé un plus large nombre d’acteurs encore pendant trois jours et demi., du 26 au 29 mai 2022, entre la Maison d’entraide et de ressources (MER), récemment ouverte à Calais, l’accueil de jour, le Channel et les campements. Programme ici.

La troisième manifestation, la fabrique d’agirs #2, est une initiative de la MER, à l’occasion de ces deux ans d’ouverture. Si le principe reste le même, les acteurs de la solidarité et les acteurs exilés ont choisi d’interroger les conflits et les résistances des personnes en exil, leurs engagements politiques en diaspora. Progamme ici. La encore, la rencontre d’une multiplicité d’acteurs, de postures et de positionnements est apparue particulièrement féconde.

D’autres fabriques sont en construction, à Briançon, Paris, Bruxelles…